Marie voit l’optimisme comme une motte de beurre

Marie Gaertner est dirigeante de Piu Communication. Elle se définit comme une DAEO : Dirigeante Artistique Eternelle Optimiste. J’ai eu le plaisir de la rencontrer dans le cadre d’une journée de formation GERME, réseau de managers/dirigeants. Interview réalisée dans le cadre de ma série de podcast Un petit rayon de breizh et je délivre ici les points clés que j’ai retenus de cette entrevue.

Ça ne se passe JAMAIS comme on veut ✋

L’optimisme pour Marie, c’est une manière de s’adapter continuellement. Ce n’est pas lié à une période spécifique, c’est simplement regarder tout le temps d’une autre manière. Éviter de se projeter, de faire des suppositions, juste prendre ce qui vient. Si tu ne te projettes pas, tu ne seras pas déçu puisque tu accueilles ce qui est. Si tu t’enfermes déjà dans une vision et que ça ne se passe pas comme tu as prévu (et c’est souvent le cas), tu seras déçu(e). Reste ouvert(e). Si tu te projettes trop, tu risques de passer à côté d’opportunités que tu n’aurais même pas imaginées. En revanche, rien ne t’empêche de rêver, au contraire ! Rêver en toute flexibilité : “Voici ce dont je rêve, ce que je vise et c’est ok si la vie m’oriente différemment. Si elle me montre de nouvelles opportunités, je serais à l’écoute, en ayant mon rêve en tête”. Beaucoup de personnalités du développement personnel recommandent d’avoir un tableau de rêve dans lequel tu mets ce que tu as envie d’avoir/d’être et tu te projettes dedans. Je ne suis pas fan parce que c’est souvent trop matériel (je vous assure, vous aurez cette superbe voiture dans 3 ans !) et en plus, ça enferme sur un “but” précis, au risque de ne pas faire attention à d’autres possibilités. Accueille simplement ce que la vie te donne, tout en ayant des rêves que tu mets en mouvement. Et en plus, c’est mille fois plus cool à vivre 😉

“Pas d’affolement, rien ne se passe comme prévu, c’est la seule chose que nous apprend le futur en devenant du passé.”

– Daniel Pennac

Keep calm, tu n’es pas obligé(e) d’être heureuse/x tout le temps 😉

Ok, ce conseil revient souvent dans mes articles de blog mais c’est parce que dans notre société actuelle, c’est un sujet de plus en plus présent. Il y a des tas de livres sur le développement personnel, il faut être heureux, c’est socialement un atout. “Tu n’es pas heureux ? Ah bon, mais comment ça se fait ? C’est si simple d’être heureux !”. Je trouve intéressant la façon dont Marie aborde les choses ; elle dit : “L’optimisme, c’est une manière d’aborder les choses, on est pas forcément heureux TOUT LE TEMPS”. Marie a vécu un divorce et non, elle n’était pas heureuse à ce moment là, c’est normal. Par contre, elle s’est payée le luxe d’être optimiste comme elle dit 🙂 L’optimisme, ce n’est pas être heureuse/x tout le temps mais faire quelque chose pour le devenir. Chercher à être un petit peu mieux tous les jours, se dépasser. Par exemple, je fais de la course à pied et tout le monde n’a pas la même capacité physique. Certains sont des endurants, ils courent lentement longtemps ; d’autres des sprinters, ils courent vite mais moins longtemps et d’autres sont moins performants mais peu importe. Lorsqu’on fait une course, chacun se dépasse et cherche à aller un peu plus loin à chaque fois et ça c’est l’essentiel. Qu’à l’arrivée, j’ai mis 10 minutes de plus que mon collègue importe peu, parce que moi je sais que je me suis dépassée, j’ai tout donné et c’est ça qui prime.

“On n’est jamais sûr de soi. On apprend toujours de nouvelles choses. Et il faut constamment se dépasser.

– Japhet Nsanzumukiza

Laisser aux autres ce qui leur appartient 🙅‍♀️

Optimiste et en réflexion perpétuelle, Marie est confiante que quoi qu’il se passe, elle va mettre en place ce qu’il faut pour aller toujours mieux. “Tu n’es pas bien ? Que peux-tu mettre en place aujourd’hui pour que demain ce soit mieux ?”. Souvent, on se sent polluer par les autres, notamment en couple. Laisse aux autres ce qui ne t’appartient pas. S’il/elle est en colère, ce n’est pas contre toi, c’est lui avec lui ou elle avec elle, tu n’as rien à voir là-dedans. Tu peux l’aider à aller mieux, l’accompagner mais uniquement s’il/elle est ouvert / en a fait la demande. Vouloir sauver l’autre, le rendre heureux, ne l’aide pas, il/elle n’a pas besoin de ça. Chacun vit ce qu’il/elle a à vivre. Ne prends pas les humeurs des autres pour argent comptant, libère toi de cette charge qui peut peser sur toi. Ce que les autres pensent / disent / font ne t’appartient pas, l’essentiel est d’être bien avec toi-même. Accepte qu’il y a des choses que tu ne comprends pas, qui ne soit pas de ton ressort, comme l’humeur de ton/ta conjoint(e) en fin de journée (ou à tout autre moment :)). Dans ces cas là, moi je ne parle pas, je laisse l’autre se gérer et revenir quand il sera calmé. Et ce n’est pas tourner le dos au monde que d’avoir besoin d’un peu se retirer pour soi, même si l’autre ne comprend pas forcément.

“Souciez vous de ce que pensent les autres et vous serez toujours leur prisonnier.”

– Lao-Tseu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :